Culture d’Oc

Laissez-nous vous raconter l’occitan

Mille ans d’histoire où s’entrechoquent les amours courtois des Troubadours, la religion cathare, l’Ordre des Templiers, la Croisade contre les Albigeois… Des légendes occitanes qui voient le Drac, le fils du diable, arpenter les terres tarnaises où sont enfouis des trésors cachés. Les voix d’outre-tombe de Louisa Paulin, Henri-Pascal de Rochegude et Jean Jaurès, fervents défenseurs de l’occitan, qui résonnent encore dans le cœur des Tarnais.

Xème siècle : La transformation orale du latin

Une culture millénaire
Né au Xème siècle de l’évolution du latin, l’occitan est une langue romane à part entière au même titre que le castillan, le catalan, le français,l’italien ou le portugais. Toutes ces langues sont issues d’une transformation progressive du latin oral parlé par les populations romanisées. L’occitan, également dénommé langue d’òc, apparaît sous forme écrite dans des textes littéraires dès 950. S’agissant des écrits non littéraires tels que des chartes ou des actes de donation de biens, l’occitan est partiellement présent au Xe siècle dans des textes en latin puis de façon intégrale à la fin du XIème siècle.

 

 

XIIème / XIIIème siècle : Langue des Troubadours et des scientifiques

À partir du XIIème siècle, le mouvement littéraire des Troubadours, écrivains et artistes composant en occitan, donne naissance à la poésie lyrique européenne. Parlé dans les plus grandes cours européennes grâce à l’influence des Troubadours, l’occitan sera la langue littéraire de toute l’Europe au XIIème siècle. À compter du XIIIème siècle, l’occitan est également utilisé comme langue scientifique comme en témoignent les traités de mathématique, de chirurgie ou de botanique.

XIVème / XVème siècle : Langue administrative, juridique et commerciale

L’annexion des territoires de culture occitane au Royaume de France et la rupture de leurs liens avec la Catalogne suite à la Croisade contre les Albigeois conduira la langue d’oc à s’éloigner du catalan et à entrer en concurrence avec le français. Néanmoins, l’occitan continue sa progression dans les différents domaines de l’écrit : langue littéraire et scientifique, l’occitan est également usité aux XIVème et XVème siècles comme langue administrative, juridique et commerciale concurremment au latin.

XVIème / XVIIIème siècle : Langue populaire

Au XVIème siècle, François Ier, par l’ordonnance de Villers-Cotterêts (1539), assure la suprématie de la langue française sur le latin et, de fait, sur la langue d’oc, en imposant le français comme langue officielle de l’administration et de la justice. L’occitan reste cependant la langue de communication quotidienne jusqu’en 1792.

Fin XVIIIème : Le monolinguisme d’État

Une rupture se produit en 1793, quand les dirigeants jacobins vont considérer que les idéaux révolutionnaires sont incompatibles avec d’autres langues que le français. “Le Rapport sur la nécessité et les moyens d’anéantir les patois et d’universaliser l’usage de la langue française” rédigé par l’abbé Grégoire en 1794 témoigne de la volonté de passer d’une société plurilingue à un monolinguisme d’État.

Fin du XIXème siècle : L’enseignement monolinguiste

Ce processus sera parachevé à la fin du XIXème siècle et au début du XXème siècle par la scolarisation de masse qui s’accompagnera d’un apprentissage exclusif du français et d’une dévalorisation de l’occitan désormais uniquement qualifié de “patois“. Mot péjoratif désignant “un jargon, une langue déformée et incorrecte, un parler dialectal sans littérature écrite.

 

L’occitan, une culture internationale

L’occitan est par nature une langue internationale. Elle est en effet parlée dans trois États : la France (32 départements), l’Espagne (Val d’Aran) et l’Italie (12 Vallées alpines du Piémont et la Guardi Piemontese, village du sud de l’Italie). Cet espace géographique s’étend sur 190 000 km² et comprend 15 millions d’habitants.
D’une forte richesse sémantique, l’occitan est la première langue du monde par le nombre de ses mots : elle en compte 160 000 ; comparativement le français compte 38 000 termes selon le dictionnaire de Littré.

Enseigné en Italie, en Allemagne, en Amérique et dans deux universités au Japon, l’occitan constitue une passerelle et un passeport vers les autres langues latines et cultures du monde.

 

L’Espagne et la Catalogne

Jusqu’à la Croisade contre les Albigeois, l’occitan et le catalan formaient une même langue. Leur rattachement à des États distincts les ont conduit à évoluer de façon séparée mais les deux cultures restent aujourd’hui encore très proches: Occitans et Catalans s’appellent réciproquement Germans (cousins) en souvenir de leur histoire commune. Cette proximité est juridiquement traduite dans les faits: l’occitan est la langue officielle depuis 1990 au Val d’Aran et depuis 2006 sur l’ensemble de la Communauté Autonome de Catalogne. De plus, l’occitan a bénéficié en 2010 d’une loi votée par le Parlement de Catalogne visant à renforcer son usage.

L’Italie

Une partie des territoires de culture occitane se situe en Italie : il s’agit de 12 vallées alpines du Piémont et de la Guardi Piemontese, village du sud de l’Italie. Sur le plan législatif, l’occitan jouit en Italie de mesures de valorisation linguistique et culturelle instaurées en 1999 par ‘‘la loi de protection des minorités historiques‘‘. Les échanges culturels avec les Vallées occitanes (Valadas occitanas) perdurent toujours  aujourd’hui. Les groupes de rock occitan des Vallées  tels que Lou Dalfin ou Lou Seriol font régulièrement des concerts en Midi-Pyrénées rappelant ainsi la part d’Occitanie qui vibre en Italie.

Le Portugal

Suite à un voyage au Portugal en  1911, Jean Jaurès acquiert la conviction que l’enseignement de l’occitan à l’école est un atout permettant d’apprendre plus facilement les autres langues et d’échanger  avec les pays de langue romanes en Europe et en Amérique latine: “J’ai été frappé de voir, au cours de mon voyage à travers les pays latins, que, en combinant le français et le languedocien, je comprenais en très peu de jours le portugais et l’espagnol… Si, par la comparaison du français et du languedocien, les enfants du peuple, dans tout le Midi de la France, apprenaient à retrouver le même mot sous deux formes un peu différentes, ils auraient bientôt en main la clef qui leur ouvrirait, sans grands efforts, l’italien, le catalan, l’espagnol, le portugais….”

Le Brésil

Ecrivains et artistes composant en occitan, les Troubadours se produisaient dans les plus grandes cours européennes. Ils contribuèrent à diffuser l’occitan qui deviendra la langue littéraire de toute l’Europe au XIIème siècle. Ainsi, via leur présence au Portugal, les Troubadours ont influencé l’art & la culture du Nordeste Brésilien. Proximité linguistique et échanges interculturels ont donc traversé les siècles et on peut aujourd’hui assister dans le Tarn à des créations artistiques mêlant Occitanie et Brésil. Empruntant régulièrement la passerelle transatlantique, l’association CORDAE/La Talvera assure des conférences sur les liens occitano-brésiliens et produit des disques avec le chanteur  Brésilien Silvério Pessoa.