Une culture millénaire

LAISSEZ-NOUS VOUS RACONTER L’OCCITAN

Mille ans d’histoire où s’entrechoquent les amours courtois des Troubadours, la religion cathare, l’Ordre des Templiers, la Croisade contre les Albigeois… Des légendes occitanes qui voient le Drac, le fils du diable, arpenter les terres tarnaises où sont enfouis des trésors cachés. Les voix d’outre-tombe de Louisa Paulin, Henri-Pascal de Rochegude et Jean Jaurès, fervents défenseurs de l’occitan, qui résonnent encore dans le cœur des Tarnais.

L'Occitanie, une culture millénaire

* Cliquez sur les liens ci-dessous pour accéder au contenu

Xème siècle : La transformation orale du latin

Né au Xème siècle de l’évolution du latin, l’occitan est une langue romane à part entière au même titre que le castillan, le catalan, le français,l’italien ou le portugais. Toutes ces langues sont issues d’une transformation progressive du latin oral parlé par les populations romanisées. L’occitan, également dénommé langue d’òc, apparaît sous forme écrite dans des textes littéraires dès 950. S’agissant des écrits non littéraires tels que des chartes ou des actes de donation de biens, l’occitan est partiellement présent au Xe siècle dans des textes en latin puis de façon intégrale à la fin du XIème siècle.

XIIème / XIIIème siècle : Langue des Troubadours et des scientifiques

À partir du XIIème siècle, le mouvement littéraire des Troubadours, écrivains et artistes composant en occitan, donne naissance à la poésie lyrique européenne. Parlé dans les plus grandes cours européennes grâce à l’influence des Troubadours, l’occitan sera la langue littéraire de toute l’Europe au XIIème siècle. À compter du XIIIème siècle, l’occitan est également utilisé comme langue scientifique comme en témoignent les traités de mathématique, de chirurgie ou de botanique.

XIVème / XVème siècle : Langue administrative, juridique et commerciale

L’annexion des territoires de culture occitane au Royaume de France et la rupture de leurs liens avec la Catalogne suite à la Croisade contre les Albigeois conduira la langue d’oc à s’éloigner du catalan et à entrer en concurrence avec le français. Néanmoins, l’occitan continue sa progression dans les différents domaines de l’écrit : langue littéraire et scientifique, l’occitan est également usité aux XIVème et XVème siècles comme langue administrative, juridique et commerciale concurremment au latin.

XVIème / XVIIIème siècle : Langue populaire

Au XVIème siècle, François Ier,  par l’ordonnance de Villers-Cotterêts (1539), assure la suprématie de la langue française sur le latin et, de fait, sur la langue d’oc, en imposant le français comme langue officielle de l’administration et de la justice. L’occitan reste cependant la langue de communication quotidienne jusqu’en 1792.

Fin XVIIIème : Le monolinguisme d’État

Une rupture se produit en 1793, quand les dirigeants jacobins vont considérer que les idéaux révolutionnaires sont incompatibles avec d’autres langues que le français. “Le Rapport sur la nécessité et les moyens d’anéantir les patois et d’universaliser l’usage de la langue française” rédigé par l’abbé Grégoire en 1794 témoigne de la volonté de passer d’une société plurilingue à un monolinguisme d’État.

Fin du XIXème siècle : L’enseignement monolinguiste

Ce processus sera parachevé à la fin du XIXème siècle et au début du XXème siècle par la scolarisation de masse qui s’accompagnera d’un apprentissage exclusif du français et d’une dévalorisation de l’occitan désormais uniquement qualifié de “patois“. Mot péjoratif désignant “un jargon, une langue déformée et incorrecte, un parler dialectal sans littérature écrite.